Retrouvez-nous sur Facebook              suivez-nous sur Twitter:@CIEEICEE

Image

L’Institut canadien d’écologie et d’évolution – Canadian Institute of Ecology and Evolution (ICEE/CIEE) – est un consortium d’universités canadiennes qui a pour objectif d’accroître et d’accélérer les découvertes scientifiques relatives à l’environnement naturel et à ses contributions au bien-être national.

Au fil des dernières années, l’ICEE a fait des avancées remarquables afin de devenir chef de file de la promotion et de la facilitation de la recherche de synthèse au Canada. Depuis sa création en 2008, l’ICEE a soutenu onze groupes de travail thématiques, dont cinq dans les deux dernières années, qui ont réuni 164 des meilleurs scientifiques pour répondre aux questions les plus épineuses au confluent de l’écologie et de l’évolution. Nos programmes de formation sont également des composantes essentielles de la croissance de l’ICEE avec quinze ateliers et formations courtes dans les quatre dernières années, rejoignant plus de 450 membres des corps professoral et étudiant.

 

 

Intéressant nouvel article. S'il vous plaît, jetez un oeil! Synthesis Centers as Critical Research Infrastructure. Baron et al. 2017, BioScience.

 

L’Institut canadien d’écologie et d’évolution est à la recherche de candidatures pour son poste de directeur/directrice. 


L’Institut canadien d’écologie et d’évolution est à la recherche de candidatures pour son poste de directeur/directrice. Depuis sa création, l’ICEE a réuni des scientifiques et divers partenaires (de l’industrie, du gouvernement, des organismes non gouvernementaux) qui ont identifié des problèmes importants liés à l’intégration en écologie et en évolution et qui s’y sont attaqué par l’entremise de groupes de travail de synthèse. Des groupes de travail ont ainsi récemment travaillé sur : la conception optimale des aires protégées canadiennes dans le contexte des changements climatiques; les effets des perturbations d’origine humaine sur la structure et la fonction des communautés côtières d’herbiers à zostères; et l’évolution de la diversité génomique et métabolique des microbes à différentes échelles. L’Institut parraine également des ateliers de formation en collaboration avec la Société canadienne d’écologie et d’évolution (SCEE/CSEE; http://csee-scee.ca). L’ICEE est à la recherche d’un ou d’une directrice qui s’appuiera sur le succès de nos activités de synthèse pour faire grandir l’Institut et l’amener à maturité. Le conseil d’administration de l’ICEE (mandat renouvelable de 3 ans) en nomme le directeur ou la directrice, qui reçoit une allocation annuelle de 5 000 $. Il est prévu que l’ICEE se relocalise dans l’établissement d’attache du ou de la directrice, cependant le conseil d’administration est ouvert à d’autres modes de fonctionnement et pourra en discuter avec les parties intéressées (l’Institut pourrait, par exemple, fonctionner de manière délocalisée tout en maintenant un lieu physique). Le ou la directrice devra travailler à développer l’infrastructure de l’Institut, gèrera le personnel de soutien et poursuivra différentes avenues de soutien financier (établissement hôte, organisations membres, programmes de soutien fédéraux, etc.). Actuellement, le directeur trouvait les fonds pour employer un directeur adjoint, lui-même responsable de la supervision des activités courantes de l’ICEE, comme le rayonnement, la comptabilité, le financement, l’organisation des aspects techniques des programmes de l’Institut (déplacements, hébergement, etc.).

Les responsabilités du ou de la directrice incluent :
• LE DÉVELOPPEMENT DE L’INSTITUT : Proposer et développer de nouveaux programmes et partenariats innovants qui servent la mission de l’ICEE. Cela comprend le recrutement et la rétention des établissements membres.
• LES PROGRAMMES : Lancer les appels à propositions pour les programmes de l’ICEE et, avec l’avis du comité consultatif scientifique, choisir les propositions à soutenir.
• LES COMMUNICATIONS ET LE RAYONNEMENT : Faire connaître les programmes et les réalisations de l’ICEE auprès des administrations appropriées dans les établissements membres, ainsi qu’auprès de ceux et celles qui pourraient en bénéficier.
• LE FINANCEMENT : Chercher du soutien financier auprès des organismes de financement fédéraux, des universités, des donneurs et donneuses privés et d’autres sources. Le conseil d’administration assiste la direction à cet égard.
• LE BUDGET : Proposer un budget qui doit ensuite être approuvé par le conseil d’administration.

 

Diriger l’ICEE constitue une occasion sans pareille d’influencer les recherches en écologie et en évolution par la promotion de nouvelles synthèses bénéfiques pour les Canadiens et Canadiennes. Pour en savoir plus à propos de ce poste, veuillez contacter le directeur du conseil d’administration (Mark Forbes, Dép. de biologie, 206 bâtiment Nesbitt, Carleton University, 115 promenade Colonel-By, Ottawa, Ontario, K1S 5B6). Les candidatures seront acceptées jusqu’à ce que le poste soit pourvu. Merci de faire parvenir une lettre de motivation et un CV à Mark Forbes : mforbes6@gmail.com.

 

 

Nouveaux Groupes de Travail Thématiques 

Nous sommes heureux d’annoncer la sélection de trois nouveaux groupes de travail thématique. Ceux-ci recevront du financement de l’ICEE :
      

I.          L’évolution du métabolisme et de la diversité génétique microbiens à des échelles multiples, proposé par Stilianos Louca, Laura Parfrey et Michael Doebeli de l’University of British Columbia. Ce groupe de travail réunit 11 scientifiques de cinq établissements : l’University of British Columbia, la Dalhousie University, la Simon Fraser University, l’University of California et le Massachusetts Institute of Technology
 

II.           Déterminer les zones de forte biodiversité marine dans l’Arctique canadien en utilisant les données de localisation de plusieurs espèces, soumis par Mark Mallory (Acadia University), Marie Auger-Méthé (Dalhousie University) et David Yurkowski (University of Manitoba). Ce groupe de travail regroupera 12 participants et participantes provenant de 10 organisations : l’Acadia University, la Dalhousie University, l’University of Manitoba, l’University of British Columbia, l’University of Alberta, la Carleton University, l’University of Windsor, l’University of Regina, Environnement et Changement climatique Canada et Pêches et Océans Canada.

III.           Réponses fonctionnelles des plantes de sous-bois de l’écosystème de la forêt boréale canadienne (Co-VITAS) aux perturbations du climat, du sol et des régimes, dirigé par Alison Munson et Bright Kumordzi (Université Laval), et Isabelle Aubin (Service canadien des forêts). Ce groupe de travail, financé conjointement par l’ICEE et le Service canadien des forêts, rassemble 21 chercheurs et chercheuses associés à 13 organisations, soit : l’Université Laval, l’Université du Québec en Outaouais, l’Université du Québec à Rimouski, l’UQAM, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue, l’University of Guelph, l’University of Alberta, le ministère québécois des Forêts, de la Faune et des Parcs, le ministère ontarien des Richesses naturelles et des Forêts, l’Institut de recherche forestière de l’Ontario, l’Institut de recherche sur les feuillus nordiques (Nouveau-Brunswick), le Service canadien des forêts et le Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CNRS, France).

 

La réponse à cet appel à propositions a été remarquable avec le dépôt de huit propositions provenant de partout au pays. La qualité de la plupart de ces propositions était exceptionnelle, mais, comme c’est souvent le cas, les demandes de financement dépassaient les fonds disponibles, de telle sorte que plusieurs propositions méritantes n’ont pu être soutenues.

Le processus de sélection, S'il vous plaît cliquez ici.


 

 

Recrutement des membres

L’ICEE continuera de prendre en importance à mesure qu’il recrutera des membres d’un océan à l’autre! Le recrutement des membres partout au pays est essentiel puisque l’ICEE poursuit sa mission principalement grâce à l’aide financière et à la collaboration qu’il reçoit d’un consortium d’universités et de centres de recherche du Canada. Chaque établissement membre paie des frais d’adhésion annuels déterminés selon une échelle progressive en fonction de l’importance des subventions à la découverte du CRSNG obtenues en écologie et en évolution. Tout le financement provenant de nos organisations membres est directement investi dans le programme scientifique de l’ICEE, alors que les contributions en nature fournissent le personnel et les installations. En conséquence, plus l’Institut a de membres, plus il peut soutenir d’activités!
Afin d’accroître les adhésions à l’ICEE, nous cherchons à avoir un ou une représentante de l’Institut, agissant à titre d’agent de liaison, dans chaque université canadienne. Par son adhésion, votre établissement : 1) facilitera l’accès de son personnel facultaire et hautement qualifié aux activités scientifiques de l’ICEE; 2) obtiendra un siège au conseil d’administration de l’ICEE, celui-ci en définit le mandat et les orientations; 3) obtiendra un accès prioritaire au soutien l’Institut; 4) jouera un rôle crucial dans l’avenir de l’écologie et de l’évolution au Canada. Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux représentants et représentantes, n’hésitez pas à nous contacter pour plus de renseignements.